TÉLÉCHARGER JEAN FERRAT AIMER À PERDRE LA RAISON GRATUIT

Et la blessure de durer. Comme les doigts toujours blessés,. Mon pauvre bonheur ma faiblesse. Je leur dis non je leur dis oui. Comme au passant qui chante on reprend sa chanson. Ah, je suis bien votre pareil,. Au printemps ou en automne.

Nom: jean ferrat aimer à perdre la raison
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 35.60 MBytes

En longs petdre inachevés. Les veines de leurs bras soient devenues si bleues. Et lorsque vous saignez, je saigne. Souvenir oublié vivant dans toute chose. A jamais dans ses dents formée.

Nus et maigres tremblants, dans ces wagons plombés. Pour vos toisons de ronce douce.

Aimer à perdre la raison (chanson) — Wikipédia

Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent. Souvenir oublié vivant dans toute chose. Par où ne vient plus une abeille.

Qui sait si vous les entendez. Et je meurs dans vos mêmes liens.

  TÉLÉCHARGER ZAHO CONTAGIEUSE ALBUM

Comme au passant qui chante on reprend sa chanson. Quelle heure est-il, quel temps fait-il?

Aimer à perdre la raison (traduction en anglais)

On vit ensemble séparés. Chausser des bottes de sept lieux. Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants.

jean ferrat aimer à perdre la raison

Ses doigts gantés de souveraine. Les Allemands guettaient du haut des miradors. J’y crois parfois, je vous l’avoue. Sans entendre tout doucement. Heureux celui qui devient sourd. Pour la lampe déjà éteinte.

jean ferrat aimer à perdre la raison

J’aurais tant voulu vous aider. Criez à qui vous veut blâmer.

jean ferrat aimer à perdre la raison

A n’en pas ka mes oreilles. Ils jan demandaient que du feu. Je le connais ce sentiment. Un bel obus semblable au mimosa en fleurs. De votre corps écartelé. La porte et le chuchotement. Vous qui semblez autre moi-même.

Dans mes bras je te tiens raisn. Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants.

Shy’m – Aimer à perdre la raison – Le Grand Show de Jean Ferrat – Vidéo dailymotion

Aux pointes de vos seins levés. En longs sanglots inachevés. Qui me retiennent et me repoussent. Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés. Pour vos paroles démesure. Mais au fond de moi. Au printemps ou en automne.